Western Boreall

Neutralité du Net : Expliquer des décisions auxquelles je n’adhérais pas

Spread the love

De la première connaissance on dira qu’elle s’arrête au relatif ; de la seconde, là où elle est possible, qu’elle atteint l’absolu. Mais comme l’illustre la célèbre fable de La Fontaine « Le chêne et le roseau », un vent violent peut déraciner le chêne robuste quand le roseau plie mais ne rompt pas! Il est vrai que toutes ces écoles, si considérables qu’elles soient par le nombre de leurs adeptes, ne forment qu’une minime fraction du monde savant ; mais que pense celui-ci sur les questions métaphysiques ? Nous avons vu plus haut ce qu’il faut penser de cette dernière thèse, et combien il est difficile de la concilier avec l’idée d’une influence réciproque de toutes les parties de la matière les unes sur les autres, influence à laquelle on prétend justement ici faire appel. En reconnaissant l’apport social et économique de l’ESS, le projet de loi aura l’effet de la valoriser et de la rendre plus attractive. Nul ne la chercha avec plus de passion. L’histoire même en fait foi. Il en est autrement des pays en développement où, du fait de l’utilisation toujours massive de cash, la création monétaire du système bancaire privé a nettement moins d’importance. Même si le concept de village intelligent n’est pas très répandu, j’en ai trouvé des traces en Malaisie, au Sri Lanka et en Italie. Depuis que notre pays dispose de l’arme nucléaire, il n’a plus connu de grande guerre ou de pertes massives. Neutralité du Net était reconnaissant à sa femme d’avoir jeté son dévolu sur cette petite île où rien ne distrayait du temps intérieur. C’est le mélange moderne d’internet et des circuits courts, entre local et global, la solidarité directe, la proximité territoriale, une communauté de destin et un lien identitaire. Un moment arrive où le souvenir ainsi réduit s’enchâsse si bien dans la perception présente qu’on ne saurait dire où la perception finit, où le souvenir commence. Si nous pouvons aller ainsi en des Chars olympiens en orientant nos travaux dans la voie des circuits célestes, nous pouvons également mettre la main sur les agents mauvais, les puissances de ténèbres, et les forcer en dépit de leur vouloir à servir les fins de la sagesse et de la vertu. Mais lorsque les Luddites au début du XIXème siècle, par exemple, avaient protesté contre les nouvelles machines textiles en les détruisant, les autorités n’étaient pas intervenues pour freiner l’arrivée de ces nouvelles technologies. Le problème théologique a toujours été la grande difficulté de la philosophie spiritualiste. La société, avec ce qui la maintient et ce qui la pousse en avant, est déjà là, et c’est pourquoi la raison pourra adopter comme principe de la morale l’une quelconque des fins que poursuit l’homme en société ; en construisant un système bien cohérent de moyens destinés à réaliser cette fin, elle retrouvera tant bien que mal la morale telle que le sens commun la conçoit, telle que l’humanité en général la pratique ou prétend la pratiquer. Là, une surprise nous attendait. C’est qu’à l’opposé du discours purement rationnel propre au « contrat social », l’atmosphère est en attente de l’émotionnel. Celui qui ne conforme pas son action à sa plus haute pensée est en lutte avec lui-même, divisé intérieurement. Pour justifier la prérogative du principe suprême et régulateur, il faut que ce principe ait quelque chose qui le distingue entre tous les autres.

Archives

Pages