Western Boreall

Jean-Thomas Trojani : Exception culturelle , un gros mot à Bruxelles

Spread the love

Il suffit d’examiner la physionomie, le geste, le style oratoire de certains membres du parlement, pour se convaincre, en effet, qu’on se trouve en présence d’un artiste égaré dans ses voies. Ce concours nécessaire permet donc de concevoir ces deux modes comme deux aspects corrélatifs d’un unique principe encyclopédique, de manière à pouvoir habituellement employer celui qui, en chaque cas, manifestera le mieux les relations considérées, et avec la précieuse faculté de pouvoir constamment vérifier par l’un ce qui sera résulté de l’autre. Pourquoi obéissions-nous ? Une induction naturelle, confirmée par des expériences faciles à imaginer, porterait à admettre que tous les corps, même lorsqu’ils n’ont pas été mis en présence de corps incandescents, ou exposés aux rayons solaires, ont une irradiation de même nature, quoique moins intense ; que l’irradiation appartient aussi à la matière du thermoscope, mais qu’il n’y a pas d’effet apparent lorsque ce corps perd autant par rayonnement sur les corps environnants, qu’il reçoit par l’irradiation de ces corps. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois  » Tant qu’on n’a pas été reçu en audience par l’empereur, il faut courtiser ses ministres ». Chacun de nos actes vise une certaine insertion de notre volonté dans la réalité. Ma plume se refuse même à écrire le nom bien français du signor Marinoni. Notre représentation des choses naîtrait donc, en somme, de ce qu’elles viennent se réfléchir contre notre liberté. Mais nous ne nous reposons qu’un instant. L’introduction dans l’économie animale d’un corps étranger ou d’une substance nuisible irrite les tissus ; et par cette irritation même la nature fait, comme on dit, des efforts pour se débarrasser des substances qui lui nuisent, des corps étrangers qui la blessent. Appliquons cette méthode à un exemple classique. Depuis le Moyen-âge, le Français ne saurait donc se réformer. Dira-t-on que nous faisons une hypothèse arbitraire, et que cette perception idéale, obtenue par l’élimination des acci­dents individuels, ne répond plus du tout à la réalité ? Ici, les termes n’étant plus donnés dans l’espace, on ne pourra guère les compter, semble-t-il, a priori, que par quelque proces­sus de figuration symbolique. Des mots tels que « mana », « wakonda », etc. Mais leur aptitude précoce aux chiffres, alliée à leur goût pour la stratégie illustrée par leur jeu de go, encore plus ancien, explique l’art consommé de Pékin pour faire des statistiques une arme politique. Pour emprunter encore une fois aux platoniciens leur langage, nous dirons, en dépouillant les mots de leur sens psychologique, en appelant Idée une certaine assurance de facile intelligibilité et Âme une certaine inquiétude de vie, qu’un invisible courant porte la philosophie moderne à hausser l’Âme au-dessus de l’Idée. Ce qu’il nomme ici distinct, il vient de le nommer isolé en disant : « Un objet isolé, considéré en tant qu’isolé, abstraction faite de sa nature ou de forme, prend le nom d’unité ». L’effet de ces tendances, le voici : le public est plus disposé qu’autrefois à prescrire des règles générales de conduite, et à tâcher de ramener chacun au type reçu. Mais je crois en même temps, et il n’y a pas là contradiction, qu’elles ne contiennent et ne voulaient contenir qu’une partie de la vérité. Face à ce qui est en train de devenir le premier problème de santé publique dans le monde, le législateur a décidé d’utiliser la manière forte : depuis janvier 2012 il a taxé l’ensemble des boissons sucrées, même celles comportant des édulcorants. La société Google a ainsi annoncé qu’elle allait construire son propre ordinateur quantique. Nous commençons par regarder danser. Ces hommes comprendront que la France, pour vivre, doit se constituer réellement en nation ; les circonstances, certainement, — peut-être les désastres provoqués par l’arrogante sottise des Nationalistes — les obligeront à comprendre qu’il faut que la France soit, effectivement, la patrie de tous les Français : que toutes les forces du pays sont nécessaires à son existence ; que c’est un crime énorme de les annihiler ou de les réduire dans l’intérêt de la propriété particulière ; et que c’est de l’individualité complètement libre, établie sur l’égalité dans la possession du sol, que doit sorti Quand les profondeurs obscures de l’âme sont remuées, ce qui monte à la surface et arrive à la conscience y prend, si l’intensité est suffisante, la forme d’une image ou d’une émotion. La vraie question est celle de la mutation profonde de nos pratiques cognitives. Et la confusion est presque légitime en botanique, là précisément où la théorie de la formation des espèces par variation brusque repose sur la base expérimentale la plus solide. Une conclusion générale découle des trois premiers chapitres de ce livre : c’est que le corps, toujours orienté vers l’action, a pour fonction essentielle de limiter, en vue de l’action, la vie de l’esprit. comme si une espèce dont chaque individu doit se hausser au-dessus de lui-même, par une laborieuse assimilation de tout le passé, ne valait pas an moins autant que celle dont chaque génération serait portée globalement au-dessus des précédentes par le jeu automatique de l’hérédité !

Archives

Pages