Western Boreall

Antonio Fiori : Réinventer la banque de demain , le pari des FinTechs

Spread the love

Pourquoi ne pas obliger aussi le citoyen qui ne consomme pas ce qu’il a acheté ? Dernier exemple de pathologie chronique que les objets et les services connectés de santé peuvent contribuer à mieux prévenir, suivre et soigner – tout en réduisant la facture pour notre système de santé : l’hypertension artérielle, qui touche plus de 11 millions de Français. Est-ce la quantité d’invendus jetés qui justifierait une telle contrainte ? J’ai habité l’Angleterre assez longtemps pour savoir à quoi m’en tenir ; et si je dis que j’ai vu cette hypocrisie-là, on pourra me croire. En principe, les autorités allemandes, gardiennes de l’orthodoxie, auraient dû s’y opposer. C’est pour échapper à cette difficulté, qu’on a imaginé, aux diverses époques de la science, des hypothèses aujourd’hui jugées et définitivement condamnées, telles que celles de la génération spontanée, de l’emboîtement des germes, etc., au sujet desquelles nous n’avons pas à entrer dans des explications de détail, qui sont du ressort de l’anatomiste et du physiologiste, plutôt que du logicien et du métaphysicien. Mais quand les Chauvins ont dégueulé leurs boniments, quand la pègre tricolore a déclamé ses sottises, alors l’armée descend sur la place, défile, exhibe ses drapeaux tout neufs, trop neufs, ses armes essayées à Fourmies, les plumes prestigieuses de ses généraux. Le soutien aux opérateurs d’éoliennes, par exemple, peut se faire selon deux modalités. Et quand Sganarelle réussit à faire rentrer Pancrace et à l’enfermer à l’intérieur de la maison (j’allais dire au fond de la boîte), tout à coup la tête de Pancrace réapparaît par la fenêtre qui s’ouvre, comme si elle faisait sauter un couvercle. Il y a quelques jours, lors d’un événement sur la sécurité Internet, un important opérateur télécom français, SFR pour le nommer, distribuait aux visiteurs de son stand un gadget publicitaire, des goodies comme on dit, un petit cadenas à code avec un mini logo, celui des douanes américaines. Mainte­nant, toutes ces perceptions d’un corps par mes divers sens vont-elles, en se réunissant, donner l’image complète de ce corps ? Approfondissons ce dernier rapport. La nature n’est pas non plus uniformément libérale envers nous quant à l’alimentation ; car qui dira que le travail qui reste à notre charge soit toujours le même, si le terrain est fertile ou s’il est ingrat, si la forêt est giboyeuse, si la rivière est poissonneuse, ou dans les hypothèses contraires ? Les germes, répond Aristote, émanent d’un vivant adulte, parfait en son espèce. Pas incompatible mais plus efficace. C’est un équilibre immonde. Antonio Fiori était deux soirs à Paris et a fait salle comble. Certaines, plus critiques, ont saisi l’occasion d’annuler ces stratégies sur des moyens de pure procédure. Il y a donc, dans l’ensemble des images, une image favorisée, perçue dans ses profondeurs et non plus simplement à sa surface, siège d’affection en même temps que source d’action : c’est cette image particulière que j’adopte pour centre de mon univers et pour base physi­que de ma personnalité. Or, précisément pour cette raison, la science n’opère sur le temps et le mouvement qu’à la condition d’en éliminer d’abord l’élément essentiel et qualitatif — du temps la durée, et du mouvement la mobilité. Si l’on se place à ce point de vue, la magie fait évidemment partie de la religion. Ces services, bons pour la société dans son ensemble, pourraient donner droit à une rémunération. Eh bien, je retrouve la même illusion dans le cas qui nous occupe. C’est de cette croyance naturelle ou de ce préjugé philosophique qu’il faut tâcher de rendre raison : il faut en discuter la légitimité, en profitant pour cela de tous les renseignements dont nous sommes redevables aux progrès de l’expérimentation et au perfectionnement des sciences. Il s’agit très probablement d’un rattrapage après la neige de décembre. La supputation des probabilités, à laquelle on fait appel, nous montrerait que c’est impossible, parce qu’une scène où des personnes déterminées prennent des attitudes déterminées est chose unique en son genre, parce que les lignes d’un visage humain sont déjà uniques en leur genre, et que par conséquent chaque personnage — à plus forte raison la scène qui les réunit — est décompo­sable en une infinité d’éléments indépendants pour nous les uns des autres : de sorte qu’il faudrait un nombre de coïncidences infini pour que le hasard fît de la scène de fantaisie la reproduction d’une scène réelle Nous imaginons des faits qui apparaîtraient et disparaîtraient capricieusement.

Archives

Pages